| Accueil | Compte | demande de devis | Service client | 04 27 50 23 25 appel non surtaxé
Blog
Rechercher

Quels comportements adopter pour conduire en toute sécurité en hiver ?



Conduire en hiver est un vrai parcours du combattant. En effet, rouler à bord de sa voiture durant cette saison est très risqué comparé à la conduite dans des conditions climatiques optimales. Entre le verglas qui rend les routes glissantes, la neige qui diminue l'adhérence à la route et les chutes de neige qui perturbent la visibilité tout comme le brouillard, il faut absolument redoubler de vigilance. Notez également que les risques de glissades et de dérapages deviennent particulièrement importants en période hivernale. Voici quelques comportements à adopter pour une conduite en toute sécurité en hiver.


Renseignez-vous avant de partir sur les conditions de trafic et sur la météo


Lorsque le verglas et la neige rendent les routes quasi impraticables et dangereuses, mieux vaut rester informé pour éviter d'être bloqué sur un axe ou tout accident. Voici donc les conditions de conduite à adopter en fonction des difficultés de circulation :

Conditions de conduite impossibles : les conditions météorologiques sont extrêmes. La circulation est impossible. Il faut absolument éviter de prendre le volant.

Conditions de conduite difficiles : le verglas ou la neige se sont étendus sur votre destination ou sur les routes qui y mènent. La circulation risque d'être bloquée. Il est donc préférable de reporter à un autre temps votre trajet.

Conditions de conduite délicates : lorsque le verglas est localisé ou de la neige existe en faible épaisseur sur certains endroits, les routes peuvent être particulièrement dangereuses. Il faut conduire prudemment.

Pour connaitre les conditions de trafic et les dangers météorologiques potentiels dans les 24 heures, vous pouvez consulter les sites du réseau routier national ainsi que celui du service de la météo. Ce qu'il faut retenir c'est qu'en cas de vigilance orange neige-verglas, les risques d'accidents sont importants et en cas de vigilance rouge neige-verglas, l'ensemble du réseau routier national peut devenir impraticable.


Préparez votre voiture avant de prendre la route


Après quelques heures d'arrêt continu, votre voiture doit être vérifiée. Ainsi, assurez-vous que tous les équipements et accessoires fonctionnent correctement notamment les éléments sensibles au froid comme la batterie, les rétroviseurs, le système d'allumage/alimentation, les essuie-glaces, les freins, les pneus et le niveau d'antigel. Pensez aussi à vérifier les feux et phares pour une visibilité optimale.Prévoyez également d'emporter des accessoires comme une boîte à outils, un grattoir à givre, des chaînes à neige et tout ce dont vous pouvez avoir besoin sur la route en cas de mauvaises surprises.


Préférez les routes principales


Lorsque l'épaisseur de la neige atteint un certain niveau, les engins de service hivernal déblayent en premier lieu les routes principales. Après une tempête ou durant une importante chute de neige, il est vivement conseillé de circuler sur celles-ci.


Adaptez votre conduite aux conditions de l'hiver


Une conduite souple et le respect des règles de circulation sont un excellent moyen de réduire les risques d'accidents de la route et d'éviter les amendes ainsi que la perte de points de permis de conduire. D'après le Code de la sécurité routière, vous êtes tenu de limiter la vitesse particulièrement dans les virages en cas de visibilité réduite (obscurité, brouillard, pluie, précipitations, chaussée glissante ou non entièrement dégagée). Gardez également une distance sécuritaire afin de pouvoir anticiper les déviations de trajectoires. Lorsqu'il fait beau, méfiez-vous de la glace noire. Elle est peu visible contrairement aux verglas. En général, elle se forme partout. Mais la prudence est particulièrement de mise lorsque vous roulez près d'un cours d'eau ainsi que sur les ponts et viaduc.

En terminant, ne ratez pas nos conseils et astuces sur l'entretien ou la réparation de votre véhicule en cas de panne.

Rédigé le  10 jan. 2020 11:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Pièces adaptables et pièces de qualité équivalente : ce que vous devriez savoir



Les pièces adaptables et pièces dites de "qualité équivalente" correspondent à des pièces détachées automobiles neuves que le fabricant a plus ou moins copié sur des pièces d'origine installées au même emplacement que la première monte. Elles ne sont pas vendues dans le même emballage que celui proposé par le constructeur automobile concerné. Notez aussi qu'il ne s'agit pas d'une contrefaçon mais la qualité ainsi que l'adaptabilité de ces types de pièces auto sont souvent très variables. Certaines sont fabriquées par des sous-traitants connus et expérimentés tandis que d'autres sont peu connus (voire complètement inconnus) et n'ont aucune référence en première monte. Voici quelques conseils pour vous aider à faire le bon choix et éviter les pièges.


Pièces de qualité équivalente : une excellente alternative aux pièces d'origine constructeur


Considérées comme pièces de troisième ligne, les pièces de qualité équivalente sont un excellent choix pour les voitures de plus de 5 ans notamment les plus vendues. On appelle une pièce de qualité équivalente une pièce fabriquée par un sous-traitant de grande renommée mais qui n’a toutefois jamais servi à la première monte. Elle est appelée de qualité équivalente car elle est certifiée et également agréée par le règlement européen. C'est le cas de toutes les pièces de carrosserie et accessoires auto proposées sur votre boutique en ligne Aureliacar.com.

Nous proposons des articles de qualité équivalente à l'original à un prix inférieur (jusqu'à moins 70 %) à celui de la première ligne.


Pièces adaptables : la prudence est particulièrement de mise


Il s'agit de pièces fabriquées par des sous-traitants peu connus (voire inconnu) et dont la qualité n'est pas agréée. Il ne s'agit pas d'une contrefaçon mais sa qualité correspond rarement à celle de la pièce détachée d'origine. A noter aussi que les pièces adaptables n'ont jamais fourni en première monte. Leurs points d'attache correspondent à ceux de l'article d'origine mais leur apparence peut parfois être différente tout en offrant les mêmes fonctionnalités.



Méfiance sur les pièces auto de la quatrième ligne


Ce type de pièce est à éviter notamment pour les équipements et produits pour frein. Les pièces auto de la quatrième ligne sont, en effet, fabriquées par des sous-traitants peu connu et parfois même sans renommée. Sur leur emballage vous pouvez apercevoir une référence claire ainsi que les informations d'identité du fabricant mais leur qualité est aléatoire. On les retrouve généralement sur des voitures d'occasion mises en vente car leurs prix sont très alléchants. Cela peut aller de 40 à 120 % inférieur au prix de la première ligne. Ainsi, lorsque vous trouvez des prix trop bas notamment pour les pièces d'un organe de sécurité de votre voiture comme le système de freinage, méfiez-vous !


Double méfiance quant aux pièces auto de la cinquième ligne


Reconnaissables facilement par leurs références anonymes, les pièces de la cinquième ligne sont fortement déconseillées car leur qualité est hasardeuse. Ils proviennent souvent des pays hors de l'Union européenne dont on connaît rarement l'origine. Proposées sur internet entre 40 à 110 % moins cher que le prix d'une pièce de première monte, nous ne vous les conseillons que pour les voitures de collection (jamais pour les freins, amortisseurs et courroie de distribution) dont les pièces sont difficiles à trouver. Il arrive aussi qu'elles coûtent excessivement chères qu'une première ligne lorsqu'elles sont "refabriquées" mais tant que vous avez le choix, il est plus prudent de les éviter !

Vous voilà maintenant bien informé afin de faire le bon choix de votre pièce auto si vous le montez vous-même. Si c'est votre garagiste qui choisit lui-même les pièces, renseignez-vous au préalable sur son fournisseur.

Rédigé le  6 jan. 2020 11:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Plaque d'immatriculation moto non conforme ou illisible : quelles sanctions ?


   

S'il est assez facile de tromper les systèmes de reconnaissance automatique de plaques installés sur nos routes par la contrefaçon, cet acte n'en reste pas moins répréhensible par la Loi. Certes, ces dispositifs de vidéosurveillance enregistrent et font le suivi du flux des véhicules mais les policiers et gendarmes ne sont jamais loin pour appliquer les règles. Et ils sont bien informés sur les pratiques frauduleuses des usagers de la route.


En effet, contrefaire une plaque minéralogique en ayant comme objectif d'éviter une verbalisation en cas d'infraction peut donner lieu au paiement d'une lourde contravention ou du moins à une perte de points sur son permis de conduire. Si l'envie de contrefaire votre plaque minéralogique vous prend ou si vous l'avez déjà fait, cet article est un petit rappel de ce que vous risquez si vous ne vous conformez pas à la réglementation sur les plaques d'immatriculation moto.


Qu'est-ce qu'une plaque d'immatriculation conforme ou lisible ?


En France, il existe actuellement deux formats d'immatriculation de véhicules : le format SVI et le format FNI. Depuis le 15 avril 2019, le nouveau système SIV (Système d’Immatriculation des Véhicules) a été mis en place pour remplacer le système FNI (1950 à 2009). Parmi les changements marquants apportés par ce nouveau système, il y a le numéro d'immatriculation des deux roues (moto et scooter) valable à vie. Ainsi, une plaque d'immatriculation moto conforme doit :

• être au format SIV, c'est à dire : 2 lettres, un tiret, 3 chiffres un tiret suivis encore de 2 lettres; exemple : type AA-123-AA;

• être homologuée et avoir les dimensions suivantes : 21 cm x 13 cm; avec une fixation aux rivets et non visée;

• porter le symbole de l'Union Européenne avec la lettre F (France) à gauche et le logo ainsi que le numéro du département choisi sur le côté droit.

Falsifier votre plaque moto tout comme le rendre illisible (très affectée par la rouille, cassée ou décollée) par les caméras de vidéosurveillance est considéré comme une fraude passible d'une amende forfaitaire de 135 € (à payer sous 45 jours). La Minoration est de 90 € (à payer sous 3 jours) et la majoration à 375 € (paiement après 45 jours). Dans certains cas, cette amende peut augmenter jusqu'à 750 €.

Si vous souhaitez avoir une plaque conforme, notre partenaire Rue Des Plaques vous propose une plaque d'immatriculation en PLEXIGLASS entièrement fabriquée en France.


Que risque t-on en utilisant une plaque réfléchissante ?


Très prisée par les motards, la plaque réfléchissante permet au numéro d'immatriculation d'être scanné en blanc en cas d'infraction enregistrée par un radar automatique ou une caméra de vidéosurveillance. L'utilisation de ce type de plaque est, cependant, très risquée car la CNT ou centre national de traitement des infractions routières parvient toujours à visualiser tous les caractères de votre plaque minéralogique en utilisant un filtre de correction de couleur sur chaque ordinateur. Les agents de police et gendarmes vous retrouveront en moins de rien avec les pénalités suivantes :

amende 1500 € (contravention de 5è classe);

• possibilité de confiscation de la plaque trafiquée avec immobilisation de la moto ou scooter;

retrait de 6 points sur le permis de conduire;

annulation ou suspension du permis moto durant 3 ans avec interdiction de conduire tout type de véhicules.


Quelles sanctions en cas d'usage de numéros de plaques trafiqués ou inventés ?


Certains motards n'hésitent pas à camoufler partiellement leurs numéros d'immatriculation dans le but d'éviter une contravention (0 changé en 8, F transformé en E, utilisation de stickers ou ruban adhésif noir, etc.). Cette magouille est très efficace mais elle est également très risquée voire sévèrement sanctionnée en cas de contrôle routier.

Les sanctions encourues en cas de numéros de plaques trafiqués ou inventés sont les suivantes :

Amende : 3750 €;

• 5 ans d'emprisonnement;

confiscation du scooter ou de la moto;

suspension ou annulation du permis moto durant 3 ans avec interdiction de conduire tout type de véhicules;

retrait de 6 points sur le permis de conduire.

La Loi, sur la réglementation des plaques d'immatriculation des deux roues, quelque rigoureuse qu'elle puisse être, vise à faire disparaître les comportements à risque en sécurisant le réseau routier en France. Elle est stricte mais elle est universelle pour le bien de tous les usagers de la route.

Rédigé le  2 jan. 2020 11:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Astuces pour éviter de se faire voler sa voiture


Alors que le marché des systèmes de sécurité pour véhicule est en plein essor, le phénomène du vol prend de l'ampleur. Actuellement, il existe en effet près de 200 000 voitures volées chaque année.

Pour se prémunir de ce fléau, qui fait la hantise des propriétaires de voiture, il convient de combiner l'utilisation des systèmes de sécurité avec des comportements sécuritaires. Nous avons ainsi recensé 8 astuces efficaces pour renforcer la sécurité de votre voiture.


Opter pour un antivol complémentaire


Il est vrai que les véhicules d'aujourd'hui sont tous équipés d'un système d'alarme mais les malfaiteurs ne manquent pas d'ingéniosité pour contourner ce dispositif. À l'aide d'un petit boîtier électronique spécifique, ils parviennent à forcer l'ouverture et le démarrage de la voiture. Ce que nous vous conseillons, c'est d'installer une alarme voiture complémentaire adaptée au système électronique de votre voiture. Il en est ainsi des systèmes d'alarme avec traceur GPS. Avec votre téléphone, vous pouvez géolocaliser votre voiture même si le système est débranché. Vous avez accès à votre historique de trajets. Vous serez également alerté aux moindres vibrations inhabituelles ainsi que sur toutes les anomalies comme le problème de batterie.

Certains antivols voiture sont aussi efficaces tels que les bloqueurs de volant, l'antivol pédale-volant ou encore l'antivol bloque-roue.


Installer un système anti-démarrage électronique


Considéré comme une protection complémentaire contre le vol, après la clé de contact, l'anti-démarrage électronique a permis jusqu'ici de réduire les vols de voiture. Ce système comprend un émetteur situé au niveau du barillet, là où l'on insère la clé. Lorsque vous insérez la clé originale, le système électronique émet un signal qui va ordonner le déverrouillage du boîtier électronique connecté au moteur de la voiture. Si le voleur n'a donc pas la clé d'origine, la voiture ne démarrera pas.


Faire graver vos vitres de voiture


Tel un GPS, le gravage de vitres n'empêche pas le vol de voiture mais il dissuade néanmoins les malfaiteurs. Le gravage consiste, en effet, par l'inscription d'un numéro de série sur chacune des vitres du véhicule. En cas de vol, ce numéro unique, qui est déjà enregistré dans la base de données des forces de l'ordre et des compagnies d'assurance, permet d'identifier la voiture.


Verrouiller toutes les ouvertures


Premier réflexe pour éviter de se faire voler sa voiture : s'assurer que les portières, fenêtres et coffre soient bien fermés lorsque vous laissez le véhicule. Vous ne pourrez pas toujours compter sur le verrouillage centralisé automatique. Une panne de ce système peut vite arriver et l'on oublie parfois de vérifier. Il est fortement recommandé de vérifier avant de laisser votre voiture.


Ne pas laisser traîner ses affaires dans sa voiture


Ne laissez pas d'objets de valeur traîner dans votre voiture ! Les clés laissées sur le contact, un sac, un GPS, un autoradio, un sac ou des vêtements visibles depuis l'extérieur peuvent tenter les malfaiteurs. Il suffit qu'ils brisent la vitre de votre voiture pour s'approprier des objets qui s’y trouvent. Vous pouvez utiliser la boîte à gants ou le coffre pour ranger vos affaires mais il serait plus prudent de ne pas y laisser des objets de valeur durant votre absence.


Se garer dans un endroit sécurisé


Il existe 5 types de stationnement sûrs et sécurisés à savoir : le box, le garage, le parking privé, le parking collectif abrité et le parking collectif plein air. Si vous avez l'habitude de vous garer dans la rue ou dans un lieu non sécurisé, il vaut mieux opter pour l'un de ces solutions afin d'éviter qu'il n'arrive rien à votre voiture comme le vol, le bris de glace, les portières rayées ou les phares explosés. D'ailleurs, le montant de votre prime d'assurance dépend essentiellement de l'importance des risques de sinistres.


Se prémunir contre le mouse jacking


Près de 70 % des vols de véhicule en France ont été perpétrés avec la méthode dites du "mouse jacking" ou "vol à la souris". Il s'agit d'une technique de vol sur les voitures récentes bardées d'électronique. À l'aide du numéro de série de la voiture, les voleurs commandent une nouvelle clé chez le concessionnaire de la marque automobile. Ils se connectent ensuite au tableau de bord de la voiture, reconfigurent le système informatique et s’emparent du véhicule. Pour éviter le mouse jacking, il est fortement conseillé de stationner sa voiture dans un lieu sécurisé et d'installer une alarme ou une canne anti-vol. Vous pouvez également demander à garagiste de désactiver la prise diagnostic (ODB). N'oubliez pas, toutefois, de le remettre en état avant de passer au contrôle technique car ce dispositif doit être en excellent état de marche durant l’examen.


Ne jamais confier son véhicule à un inconnu


Lorsque vous mettez votre véhicule en vente, un acheteur potentiel serait toujours tenté pour l'essayer avant de conclure. Restez sur vos gardes ! Montez avec lui et prévoyez un circuit dans des lieux publics et fréquentés. Il est conseillé d'éviter les ruelles et sous-sol d'un parking. Si possible, effectuez le test en pleine journée et faites-vous accompagné par un proche de confiance.

En appliquant ces conseils, vous diminuez considérablement les risques de vous faire voler votre voiture. D'ailleurs, votre compagnie d'assurance pourrait même diminuer votre prime car les risques sont réduits.

Rédigé le  6 déc. 2019 9:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Comment changer le capot d’une Nissan MICRA III K12 ?


Cette vidéo de FAB-B vous montre comment démonter le capot d’une Nissan MICRA de 2004 série K12 et remettre un modèle neuf/peint.


L’opération dure environ 15 minutes et vous aurez besoin de :



  • capot neuf;

  • gants jetable;

  • gants de travail;

  • extracteurs de garnitures;

  • peinture du capot (GOPEINTURE).




Rédigé le  15 nov. 2019 14:34  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Comment monter une aile avant sur une Nissan Micra K12 ?


Remplacer une aile avant sur une Nissan Micra K12 (génération 2004) n’est pas compliqué si vous respectez bien les étapes dans cette vidéo de FAB-B comme le démontage du passage de roue qui remplit l’intérieur de l’aile ainsi que le démontage de l'optique.


Voici les outils et équipements indispensables pour cette opération :





Rédigé le  15 nov. 2019 13:27  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Comment remplacer le pare-chocs avant d’une Nissan MICRA K12 ?


Le montage d’un pare-chocs avant sur une Nissan MICRA K12 année 2004 ne requiert aucune compétence particulière en carrosserie automobile. Notre ami FAB-B vous montre comment faire à travers cette vidéo.


Ci-après les outils et équipements dont vous aurez besoin pour cette intervention :





Rédigé le  15 nov. 2019 11:56  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Comment monter soi-même un pare-chocs arrière pour Nissan Micra K12 ?


Vous aimeriez économiser sur vos frais de réparation automobile en faisant vous-même le montage du pare-chocs arrière de votre Nissan Micra K12 (année 2004) ? Grâce à cette vidéo de FAB-B cette opération sera comme un jeu d’enfant pour vous.


Vous avez besoin de :



  • rivets en plastique pour remplacer ceux qui seront peut être cassés ou manquants;

  • pare-chocs neuf

  • gants jetable;

  • gants de travail;

  • peinture du pare choc (GOPEINTURE).


 




Rédigé le  15 nov. 2019 7:56  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Personnalisation de moto : 4 choses à savoir avant de se lancer


 


La personnalisation de moto représente des changements importants sur votre contrat d'assurance bien que nécessaires pour vous permettre d'obtenir le deux-roues de vos rêves. En effet, la "customisation” de deux-roues pourrait vous faire perdre votre homologation ainsi que vos garanties d'assurance moto dans certains cas. Nous vous proposons ainsi quelques conseils pouvant vous aider si vous avez décidé de modifier un ou plusieurs éléments de votre moto. Prenez-en compte que ces nouveaux éléments peuvent également modifier votre certificat d'immatriculation. Il est donc important d'en prendre connaissance avant toute chose.


Personnalisation de moto : en quoi cela consiste ?


Toutes les motos possèdent leurs caractéristiques d'origine que vous pouvez retrouver sur sa carte grise. La modification de son niveau sonore, son poids, la taille de ses pneus, sa hauteur/largeur ou encore le changement du diamètre de ses roues affecte ainsi la validité du certificat d'immatriculation. Ce sont également ces éléments qui servent de base pour déterminer le montant des primes de votre assurance moto.L’article R322-8 du Code de la route prévoit ainsi que les "modifications notables" remettent en cause l'homologation et vous oblige à faire une nouvelle. Cette Loi est, toutefois, très ambiguë. Les professionnels estiment alors que la personnalisation n'est considérée comme étant une modification notable que lorsque celle-ci concerne un changement de cycle (2 ou 4 temps), de cotes internes ou externes du moteur ou encore une modification du nombre de cylindres. En revanche, le remplacement d'un moteur par un autre modèle ayant des caractéristiques identiques n'exige pas une nouvelle homologation.


La personnalisation de moto intégrale est-elle possible ?


Si la modification intégrale est purement esthétique, elle est autorisée. Vous pouvez ainsi changer librement les poignées, la couleur, les repose-pieds ... de votre moto tant que cela n'altère pas son fonctionnement ou sa puissance. Il est à rappeler aussi que la modification de certaines pièces nécessitent quelques précautions notamment pour :

• les feux et clignotants;

• la taille des pneus;

• l’installation de commandes reculées;

• le maître-cylindre de frein;

• et le changement de silencieux d'échappement.

Sont toutefois interdites les modifications :

• ou l’élévation du volume sonore;

• du diamètre ou de la largeur des roues;

• du poids de la moto.


Personnalisation de moto et garanties d'assurance


Afin de préserver vos garanties d'assurance moto et éviter une amende (135 € - contravention de 4è classe) pour avoir roulé sans certificat d'immatriculation valide, vous êtes tenu d'informer le service des cartes grises ainsi que votre compagnie d'assurance. En effet, les modifications notables sur votre engin changent également ses risques d'accident de la circulation ainsi que l'étendue des dommages à couvrir. Autrement dit, si vous faites un accident avec une moto dont la customisation n'a pas été déclarée à votre assureur, les éléments ajoutés ne seront pas comptabilisés lors du calcul de l'indemnisation. Dans le cadre d'une assurance tout risque durant laquelle un accident a été causé par les modifications apportées, l'assureur n'indemnise que les dommages causés aux tiers.

Tricher sur son contrat d'assurance en omettant de signaler les modifications notables sur son deux-roues permet, certes, de faire des économies sur le montant de sa prime d'assurance mais cela peut aussi causer de lourdes conséquences.


Les démarches à suivre pour l'homologation d'une moto personnalisée


L'homologation est octroyée par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL). Un responsable vous donnera un formulaire à remplir et vous devez y joindre plusieurs pièces telles que :

• l'ancienne carte grise ou certificat d'immatriculation ou à défaut la notice du constructeur;

• les preuves sur l'ajout d'équipements notamment ceux qui sont obligatoires;

• et enfin une attestation de contrôle technique valide.

Lorsque l'homologation est validée, vous avez un mois pour effectuer l'immatriculation de votre moto auprès de la préfecture. Le dossier à fournir est le même que pour l'homologation. Lors du dépôt de votre dossier, il vous sera délivré un certificat temporaire valable 1 mois. Ce document sera remplacé par le nouveau certificat d'immatriculation.


Notez enfin qu'en cas de vente de votre moto personnalisée, vous êtes tenu d'avertir l'administration. Le non respect de cette règle vous expose à 7 500 € d’amende et 6 mois de prison.

Rédigé le  5 nov. 2019 15:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Rétroviseurs moto et scooter : sont-ils obligatoires ?



Tous les véhicules à moteur sont équipés de rétroviseurs pour offrir à son conducteur une meilleure visibilité vers l'arrière et sur les côtés. Ce qui sous entend que ce sont des équipements indispensables à la sécurité du conducteur et de l'ensemble des usagers de la route. La Loi est, cependant, moins sévère pour les véhicules à deux roues. Elle autorise l'utilisation d'un seul rétroviseur pour certains deux-roues motorisés. Quel rétroviseur est donc obligatoire ? Quelles sont les sanctions potentielles en cas de manquement à la réglementation en vigueur ? Faisons le point à ce sujet.


Que dit la Loi sur les rétroviseurs pour moto et scooter ?


En France, l'équipement en rétroviseur est régi par le Code de la route dans son article R316-6 : "Tout véhicule à moteur, à l'exception des véhicules et appareils agricoles n'ayant pas de cabine fermée, doit être muni d'un ou de plusieurs systèmes de vision indirecte, disposés de façon à permettre au conducteur de surveiller de son siège la route vers l'arrière du véhicule quel que soit le chargement normal de celui-ci et dont le champ de visibilité ne comporte pas d'angle mort notable susceptible de masquer un véhicule s'apprêtant à dépasser".

En clair, les motos et scooters doivent obligatoirement être équipés de rétroviseurs. Toutefois, les deux-roues dont la vitesse maximale autorisée ne dépasse pas les 100 km/h, peuvent n'avoir que le rétroviseur gauche. Celui de droite est toutefois recommandé. Quant aux catégories restantes, les deux rétroviseurs sont obligatoires.


Quelle sanction pour défaut de rétroviseur pour moto et scooter ?


La taille du rétroviseur pour un deux-roues motorisé n'est pas définie par la Loi. Le plus important est l'état ainsi que la propreté de cet équipement pour une visibilité optimale sur la route. Quant aux supports intégrés au guidon, ils sont considérés comme faisant partie du véhicule à deux roues. Cela implique donc que les rétroviseurs sont installés d'origine et l'absence de miroir sur le côté droit ne peut constituer une infraction si la vitesse maximale autorisée pour le véhicule ne dépasse pas les 100 km/h.

Par ailleurs, le défaut de rétroviseurs pour moto et scooter expose le conducteur à une contravention de 3è classe, c'est à dire une amende de 68 à 450 €. Notez aussi que rouler avec un seul rétroviseur peut être assimilé à une infraction dans la mesure où le certificat de conformité du véhicule fait état de deux rétroviseurs et non d'un seul. Pour circuler en toute légalité avec sa moto ou scooter, le conducteur doit donc justifier d'une autorisation légale pour la modification du modèle original. En l'absence de cette autorisation, la sanction applicable est une contravention de classe 4, autrement dit une amende de 135 à 750 €.


Pourquoi l'homologation est-elle importante pour les rétroviseurs de moto et scooter ?


L'homologation est indispensable pour les rétroviseurs de moto et scooter. Plutôt une pièce de sécurité que d'esthétique, un rétroviseur pour un véhicule deux-roues motorisé doit être certifiée conforme à la pièce d'origine par la Commission Européenne. En cas de contrôle routier, l'absence de cette homologation peut donner lieu à une sanction.

Il est également à rappeler que le défaut d'homologation du rétroviseur de moto et scooter, son absence ou encore son mauvais état peut baisser le montant de l'indemnisation par l'assureur en cas d'accident. De même pour un accident dans lequel la responsabilité du conducteur n'est pas engagée. L'assureur suppose, en effet, que l'absence de rétroviseurs peut avoir un lien direct ou indirect avec le sinistre.

L'article R322-8 du Code de la route exige également que toute transformation apportée à votre véhicule motorisé à deux roues nécessite la modification de son certificat d'immatriculation. Si vous comptez, dans ce cas, équiper votre moto ou scooter d'un rétroviseur non conforme à l'article d'origine, vous devez en aviser votre assureur dans un délai de 15 jours à compter du changement. L'absence de déclaration ou le non respect de ce délai vous expose à une sanction pénale (contravention de 4è classe) en plus de l'annulation des garanties et de la prise en charge.

Pour éviter de payer une amende ou simplement préserver votre garantie d'assurance deux roues, pensez à acheter un rétroviseur moto/scooter homologué. Découvrez notre sélection de rétroviseurs pour toutes les marques de moto et scooter connues en Europe.

Rédigé le  4 nov. 2019 14:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Comment savoir si la panne de sa voiture provient de l'alternateur ou de la batterie ?


L’alternateur est la centrale électrique de votre voiture. Puisqu'il ne fournit qu'une tension continue supérieur à 14 Volts, il a besoin de la batterie pour redresser et réguler le courant. L'alternateur a donc pour fonction de recharger la batterie et d'alimenter tout le circuit électrique. Lorsqu'une panne survient, il est difficile de savoir si le problème vient de la batterie, de l'alternateur ou encore du démarreur.

Pour s'assurer de la pièce auto que vous devez réparer ou remplacer, il est préférable d'effectuer quelques tests. Cela ne requiert aucune connaissance avancée en mécanique automobile. Il vous suffit d'appliquer les conseils suivants.


Astuces pour détecter une panne de voiture liée à l'alternateur


Le premier réflexe à avoir lorsque l'alternateur est suspecté d'être à l'origine de la panne de voiture est d'observer les signes d'anomalies extérieurs. Puis d'effectuer un test avec des outils adaptés.



Les symptômes d'un alternateur défectueux


La défaillance de l'alternateur peut se manifester de différentes manières :

Voyant de la batterie allumé : ce signal n'annonce pas seulement un problème au niveau de la batterie. Il peut également s'agir d'une anomalie sur l'alternateur surtout lorsque certains éléments tels que les phares, de l'autoradio, de la climatisation ou du chauffage sont activés.

Baisse de l'intensité lumineuse de certains éléments du véhicule : l'éclairage qui varie d'intensité est très mauvais signe pour votre voiture surtout lorsque le moteur tourne à plein régime.

Baisse des performances du système électrique tel que le mécanisme du lève-vitre par exemple.

Bruit du moteur durant les variations de régime : une mauvaise rotation de l'alternateur peut provoquer des grincements.

Vive odeur de brûlé : une mauvaise rotation de l'alternateur en est probablement la cause. Le frottement de la courroie contre la poulie d'alternateur peut provoquer une odeur de brûlé persistante. Dès que ce problème se présente, il ne faut pas prendre le véhicule car ce frottement peut causer la rupture de la courroie d'alternateur.


Le test de l'alternateur


Diagnostiquer votre alternateur est très simple.



1ère étape : Mesurer la tension avec un voltmètre


Vous pouvez également utiliser un multimètre en fonction voltmètre pour cette opération. Connectez le fil rouge à la borne positive de la batterie et le fil noir sur la borne négative.


2è étape : Mettre le moteur en marche


Tout en laissant le voltmètre branché sur la batterie, il faut démarrer le moteur de votre voiture sans enclencher le starter ni accélérer. Ensuite, changez de vitesse et mémoriser l'information donnée par le multimètre ou voltmètre.


3è étape  : Vérifier si votre alternateur délivre entre 14 à 16 Volts


La tension générée par votre alternateur doit se situer entre 14 et 16 volts. En dehors de ces données, votre alternateur est HS et doit absolument être remplacé.


Astuces pour détecter et réparer une panne de voiture liée à une batterie défaillante


Lorsqu'une batterie de voiture commence à être fatiguée ou devient complètement HS, elle renvoie des signaux que l'on peut facilement reconnaître.



Les signes d’une batterie auto défaillante





1. Odeur caractéristique d’œuf pourri


Les batteries auto classiques au plomb acide sont constituées d'un mélange d'eau et d'acide sulfurique. Lorsqu'elles sont usées, ce mélange s'évapore partiellement et cela fait surchauffer ou met en ébullition la batterie. C'est cette réaction qui génère une odeur nauséabonde d'œuf pourri.




2. Lenteur du lancement du moteur


Lorsque la batterie est faible, elle n'a pas suffisamment de puissance pour démarrer le moteur aussi rapidement qu'elle devrait l’être en temps normal.



3. Témoin lumineux de la batterie activé


La batterie automobile a pour rôle de se charger en énergie et de maintenir une tension stable pour alimenter tout le circuit électrique. A la moindre défaillance de la batterie auto, le voyant s'active et reste allumé jusqu'à ce qu'elle tombe en panne.





4. Aucune alimentation à l'électronique du véhicule


Une batterie qui se vide ou s'use est presque impossible à charger et donc incapable d'alimenter les composants électroniques du véhicule. Si vous tournez la clé de votre véhicule et que vous ne parvenez pas à activer le système électrique ou certains composants électroniques, la batterie est donc HS et doit être chargée ou changée. Nous proposons une sélection de batteries neuves et d’origine issues des marques VARTA, SPARCO et BLITZ à petit prix.


Tuto pour vérifier et réparer une panne automobile liée à une batterie défaillante





Étape 1 : Brancher un voltmètre


Pour diagnostiquer une panne de batterie, prenez un multimètre et le mettre en mode voltmètre ou utilisez un simple voltmètre. Mettez sur la position 20 V. Connectez ensuite le câble rouge sur la borne « + », puis le câble noir sur la « – ».



Étape 2 : Démarrer la voiture et accélérer


Une fois les branchements effectués, il faut démarrer le moteur et en augmenter la vitesse jusqu’à 2 000 tours/min. Relevez ensuite la tension mesurée par le voltmètre. Si la valeur affichée est supérieure à 13.2 V, la panne n'est pas due à votre batterie car celle-ci fonctionne parfaitement.


Important :


Si vous ne parvenez pas à démarrer votre voiture, vous pouvez booster votre batterie en la connectant à celle d'une autre voiture :

• éteindre le moteur avant de brancher les câbles;

• s'assurer que la batterie donneuse ait la même tension et une capacité égale ou supérieure à celle qui la reçoit;

• ensuite, veillez à ce que l’extrémité du câble rouge (+) soit branchée sur la borne plus (+) de la batterie déchargée, l’autre extrémité du câble rouge sur la borne plus (+) de la batterie donneuse et l’extrémité.


Vous savez maintenant distinguer un problème de batterie et une défaillance de l'alternateur. Si toutefois, ces opérations vous semblent compliquées, vous pouvez prendre un rendez-vous auprès de l'un de nos garagistes partenaires.

Rédigé le  31 oct. 2019 11:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Quand et comment rénover facilement ses phares de voiture ?


Pour votre sécurité et celle des autres passagers et utilisateurs de la route, les phares sont indispensables lorsque votre véhicule est en mouvement. Ils offrent, en effet, une meilleure visibilité la nuit, dans le brouillard et lorsque les conditions météorologiques sont très mauvaises. C'est la raison pour laquelle la Loi punit très sévèrement le fait de rouler avec des phares en très mauvais état. L'amende est ainsi fixé à 68 euros dans le cadre des contraventions du 3e type. Il est également à rappeler que des phares trop opaques ne passeront pas le contrôle technique. Vous risquez donc de perdre la possibilité de rouler avec votre voiture et dans le cas où vos phares sont trop opaques, vous serez tenu de passer une contre-visite. Tout cela pourrait vous faire perdre du temps et de l'argent. Sans parler des opportunités ratées en cas de vente de votre véhicule. Si vous êtes calé au niveau du contrôle technique avec une obligation de contre-visite, vous pourriez perdre la confiance de l'acheteur ou pire encore ce dernier pourrait renoncer à l'achat.

Il faut donc rester attentif aux signes-avant coureurs qui annoncent que vos phares ont besoin d'être nettoyés ou réparés en fonction du problème avant qu'il ne soit trop tard. Les conseils suivant s'appliquent à tout type de phares : ampoules halogènes, xénon, LED. Avec une petite notion en mécanique auto, vous parviendrez à les nettoyer vous-même.


Les signes avant-coureurs d'un phare défectueux


Ici, il ne s'agit pas d'avoir des connaissances avancées en mécanique, il vous suffit juste d'observer vos phares et de repérer les signes suivantes :

• intensité lumineuse de moins en moins importante;

• verre du phare devenu terne, mat voire totalement opaque à cause de l'usure;

• optique du phare devenu opaque par l'humidité à l'intérieur.

Lorsque vous constatez ces symptômes, il est primordial de rénover vos phares le plus vite possible. Pour rappel, les phares s’opacifient après quelques années. Tout dépend des conditions d’utilisation et de stockage de votre voiture : au soleil ou sous un abris.

La matière de l'optique du phare fait aussi la différence. Sur les modèles de voitures plus anciennes, les optiques sont en verre tandis que sur celles des véhicules récents l'on utilise une matière en plastique que l'on appelle : "polycarbonate". Cette dernière perd ses propriétés notamment lorsque la surface extérieure entre en contact avec d'autres éléments. C’est pour cela qu’elle jaunit ou devient rapidement opaque. Il arrive également que le problème vient de l'intérieur. Parfois, l'intensité lumineuse d'un phare diminue à cause d'un :

problème d’étanchéité : l’eau ou de la buée s'est infiltrée à l'intérieur et brouille la visibilité; problème technique : lorsqu'un phare est cassé, il vaut mieux le remplacer au lieu de le réparer car cela pourrait affecter le bon fonctionnement de l’éclairage.


2 solutions pour rénover facilement vos phares de voiture

 


La solution contre l'humidité


L'infiltration d'humidité ou de liquide dans le bloc optique est une cause courante de l'opacité d'un ou plusieurs phares. L'humidité s'infiltre, en effet, par l'arrière où se situe habituellement une plaque étanche avec un joint. Il peut également arriver que votre optique ait reçu un petit éclat provoqué par un jet de gravier ou un coup, provoquant un petit trou discret.

Avant de procéder au séchage de votre phare, il convient de vérifier s'il y a accumulation d'eau quelque part dans l'optique. Tant que la quantité de liquide accumulée est inconnue, le chercher et l'éponger semble plus rapide et efficace que de le faire évaporer sans faire quelques recherches.

Ouvrez donc votre phare par l'arrière et passez un coup de chiffon sur chaque centimètre. Utilisez ensuite un sèche-cheveux pour l'aération. Cette méthode permet d'avoir des résultats rapides mais si vous n'êtes pas pressé vous pouvez également laisser votre optique sécher à l'air libre.

Certains problèmes d'étanchéité des phares peuvent être graves (présence de moisissure, infiltration d'eau importante dans le coffre, humidification de l'habitacle et des sièges, etc.). En fonction des dégâts, il est préférable de consulter un garagiste pour trouver une solution adéquate telle que renforcer l'étanchéité du phare ou le remplacer.



La solution contre l'usure des optiques


Les optiques de phare sont exposées à nombreuses agressions extérieures pouvant les user. Il en est ainsi des micro-rayures provoquées par le jet de particules qui les font perdre en transparence.

Pour rénover vos phares devenus ternes par l'usure, il faut les polir. En confiant cette opération à un carrossier, cela pourrait vous coûter une cinquantaine d'euros par optique. Toutefois, lorsque ces dernières commencent à peine à devenir opaque, vous pouvez utiliser un kit rénovateur d'optiques ou une astuce maison comme un dentifrice, du bicarbonate de soude, du vinaigre blanc ou encore un produit anti-moustique. Ces produits redonneront de l'éclat à vos phares en quelques minutes. Il vous suffit de les étaler à l'aide d'un chiffon ou une brosse à dent en frottant à la manière d'un polissage.

Il est à noter toutefois que ces méthodes restent une solution d'appoint. Si vous souhaitez vraiment résoudre le problème une bonne fois pour toute, faites appel à un garagiste. Il est le seul qui peut vous suggérer si vous avez besoin ou non de remplacer vos phares et donner quelques conseils pour contourner les problèmes afin d'éviter que ceux-ci se reproduisent à nouveau.

Rédigé le  30 oct. 2019 10:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Mécanisme de lève-vitre électrique : pourquoi et comment le changer ?


Assurant le renouvellement d'air dans l'habitacle, le vitrage est tellement sollicité que son mécanisme tombe souvent en panne. En essayant pourtant de comprendre son fonctionnement, vous pourrez éviter certaines pannes et faire quelques économies sur l'achat d'un mécanisme de lève-vitre d'automobile.Voici un tutoriel facile à réaliser vous permettant de remplacer vous-même les lève-vitres de votre voiture.


Pourquoi remplacer un mécanisme de lève-vitres électrique ?


Les lève-vitres des automobiles, que l'on appelle aussi lève-glaces, remonte-vitres ou remonte-glaces, sont des dispositifs mécaniques intégrés dans les portières pour faciliter le déploiement ainsi que l'abaissement des vitre latérales.

La plupart des voitures modernes équipées de lève-vitre fonctionnent grâce à un petit moteur électrique. Attention, toutefois, à ne pas confondre lève-vitre électrique et lève-vitre électrique et automatique. Avec ce dernier, une simple impulsion sur le bouton suffit pour monter ou abaisser complètement la vitre. On dit qu’il est doté de la fonction "Confort".

Les signes annonciateurs d'un mécanisme de lève-vitre en fin de vie sont :

• le ralentissement du mouvement de la vitre;

• et le grincement ou le craquement du mécanisme.

Par ailleurs, la liste ci-dessous de problèmes couramment rencontrés sur les lève-vitres électriques pourrait vous aider à déterminer s'il s'agit d'une panne de moteur ou de mécanisme :

- Lorsque vous actionnez la commande électrique, le système ne répond pas. Vous n'entendez aucun bruit venant du moteur. Ce dernier est certainement endommagé et qu'il faut le remplacer.

- Si en revanche, la glace ne se met pas en mouvement malgré le bruit du moteur, il est probable que le mécanisme est défectueux. Il arrive parfois que les engrenages soient usés voire cassés. Le poids de la vitre ainsi que les incessants mouvements sont autant de contraintes qui peuvent causer des avaries aux engrenages. Il suffit donc qu'un composant fait défaut pour que la glace reste figée.

- Avec les modèles de lève-vitre à câble spiralé, Bowden et Bowden double, excepté le système à ciseaux car sans câble, une rupture ou un enroulement peuvent avoir lieu. Ce genre de problème se manifeste souvent par un blocage du système malgré le fonctionnement du moteur. La vitre peut alors se déployer partiellement et non plus dans son intégralité.

- Le bouton de commande du lève-vitre ne répond plus ou a été arraché.

- Et enfin, il est également fréquent que l'électricité alimentant le moteur fait défaut. Dans ce cas, le problème peut provenir soit du faisceau soit du fusible.


Comment changer un mécanisme lève-vitre électrique ?



Les différentes étapes de démontage de mécanisme de lève-vitre électrique

En démontant votre mécanisme de lève-vitre, il faut rester prudent car vous pourriez vous blesser avec les éléments tranchants de la portière.

1/ Pour commencer, il faut que vous parvenez à démonter la garniture de la porte.

2/ Continuez ensuite par enlever soigneusement les joints lèche-vitre.

3/ Il faut que vous détachez la vitre du mécanisme. Faites en sorte que la vitre soit placée à mi-hauteur pour cette opération. Retirez la glace vers le haut tout en la basculant verticalement. L'idéal est de la sortir du côté extérieur de votre portière. Si la glace est maintenue fermement par les joints, écartez ces derniers tout en pivotant la vitre.

4/ Dissociez le moteur du mécanisme en dévissant le support sans oublier de débrancher le connecteur. Si le mécanisme est coincé et qu'il n'est pas possible d'accéder au raccord, vous pouvez couper les câbles se trouvant sur les deux extrémités du moteur.

5/ Retirez enfin l'ensemble du mécanisme de lève-vitre.


La pose d'un mécanisme de lève-vitre électrique


Le démontage de l'ancien mécanisme de lève-vitre étant fait correctement, il convient de procéder à la pose du nouveau système. Cette dernière opération est plus facile à réaliser. Si le nouveau mécanisme n'est pas accompagné de vis et de joints, vous pouvez parfaitement utiliser ceux de l'ancien.

• Procédez à la fixation du nouveau mécanisme de lève-vitre à votre portière.

• Connectez-le ensuite au moteur.

• Positionnez correctement la vitre dans la portière et fixez-la au mécanisme en faisant quelques ajustements si besoin.

• Remettez en place les joints lèches-vitre ainsi que la garniture de la portière.

• Découvrez notre sélection de mécanismes lève-vitre droit ou gauche pour portière avant et arrière. Nos articles sont homologués et certifiés aux normes européennes. Vous pouvez nous contacter pour les modèles qui ne se trouvent pas dans cette liste.


Niveau de complexité : FACILE à DIFFICILE selon le modèle.


Durée de l'intervention : 45 mn à 1 H 20.


Matériels nécessaires : Caisse à outils, rivets et pince à rivets dans le cas d'une fixation à rivets.

Rédigé le  21 oct. 2019 13:11  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Achat de véhicule d'occasion : check-list des points à vérifier avant de signer


Vous souhaitez acheter une voiture d'occasion et aimeriez vous renseigner avant tout sur les points à vérifier ? Il convient, en effet, de bien se renseigner car en plus de l'investissement conséquent que cela représente, cette voiture garantit aussi votre sécurité routière et celle des autres. Avant de passer à l'acte, voici les points de vérification à effectuer sur un véhicule d'occasion mis en vente.


Le moteur


L'ordinateur de bord vous indiquera le code erreur détecté sur le système de gestion du moteur. Lorsque le témoin d'huile est allumé ou lorsque le niveau de température indiqué est au rouge, il est serait prudent de ne pas conduire. En observant l'huile, n'hésitez pas à la sentir. À la moindre odeur de carburant ou à la vue d'une apparence sale, n'hésitez pas à la remplacer et à veiller à ce que le niveau maximum indiquée sur la jauge ne soit pas atteint.

Prenez garde également sur les bruits au niveau des soupapes du moteur. Des bruits de tic-tac ou son aigu signalent souvent des anomalies.


La batterie auto


Pour cet examen un petit test s'impose. L'opération se déroule en 3 étapes :

1/ Allumez le moteur en maintenant le contact deux secondes le temps que le démarreur fonctionne.

2/ Vérifier ce qu'indique le capteur de température de la batterie.

3/ Lorsque la tension est en dessous de 10 V, la batterie est très sulfatée et ne pourra plus être chargée. Il est donc préférable de remplacer votre batterie de voiture.


L’organe de transmission


Dans cette opération, vos sens doivent être bien éveillés. Si vous ressentez des vibrations lorsque vous appuyez sur l'accélérateur ou lors d'un virage, c’est mauvais signe ! Une défaillance se trouve donc au niveau de la transmission.

Un second test consiste aussi à relâcher l'embrayage en 3è puis en 4è vitesse tout en accélérant. Lorsque le véhicule ne cale pas immédiatement, il est possible que la transmission est défaillante.

Pour terminer cet essai de transmission, vous pouvez aussi relâcher l'embrayage progressivement sans toucher l'accélérateur. Si le moteur reste bloqué par moment, l’embrayage fait défaut.


Le système de freinage


L'examen du système de freinage commence par l'observation des voyants (liquide, plaquettes, frein à main). Ainsi, lorsqu'un voyant de votre système ABS ou ESP s'allume au démarrage et s'éteint aussitôt, cela indique qu'il n'y a aucune anomalie.

Deuxième point de vérification du frein : les disquettes. L'usure de cette pièce se remarque toujours par un bruit aigu au moment du freinage. Voilà pourquoi il est toujours important d'essayer un véhicule d'occasion avant l'achat.


L’odomètre ou compteur kilométrique


Il 'agit de comparer l'âge du véhicule avec le nombre de kilomètres parcourus et de vérifier les points suivants :

l'état de la pédale de frein,

l'état de la carrosserie,

l'état des pneus.

Pour vérifier l'exactitude du compteur kilométrique, il n'y a rien de plus sûr que les données du carnet d'entretien. Ce document indiquera s'il y eu ou non remplacement de cet équipement.


Le volant


Tel un Pro de l'automobile, vous devez savoir écouter et sentir le volant. Lorsque vous sentez une vibration au niveau du volant et que le moteur démarre au ralenti, cela présage un problème au niveau de la courroie et nécessite donc le remplacement de celle-ci. Le crissement des pneus indique aussi un faible niveau du liquide de direction.

Concernant le test du volant, n'oubliez pas que les manœuvres difficiles signifie qu'il y a une défaillance du système de la direction assistée. Cela peut être un niveau faible du liquide de direction assistée, une fuite ou encore l'usure de la courroie.


La suspension du véhicule


Cette opération requiert une vérification minutieuse du niveau du véhicule. S'il ne se balance pas au ralenti et ne grince pas lors des virages, la suspension est parfaitement normale.


Les pneus


Il existe 3 moyens de vérifier l'état des pneus :

la vérification de l'usure : lorsque celle-ci est inégale, cela peut entraîner un problème d’alignement ou de suspension;

la vérification de la présence de pierres coincées, clous, déchirures, éraflures, clou ou renflements;

la vérification du carnet d'entretien : les révisions se font annuellement pour les 5 premières années de mise en circulation du véhicule. A noter que sur le côté du pneu est marquée sa date de fabrication. Ce serait un important indice !


Les feux et phares


Cette étape est la plus facile de toutes. Il suffit de vérifier l'état ainsi que le fonctionnement des feux de stop, clignotants ainsi que les feux de position et les phares. L'idéal serait d'effectuer le test dans une condition de faible luminosité donc pas forcément la nuit.


Le carnet d’entretien auto


Comme nous l'avons bien expliqué dans notre article sur l'utilité du carnet d'entretien auto, ce document archive tous les antécédents du véhicule. N'hésitez pas à en demander une copie pour vérifier les rapports. Ainsi, s'il est mentionné que la voiture a fait plusieurs accidents par le passé, nous pouvons vous assurer que ce n'est pas une bonne affaire.

Nous pouvons vous mettre en relation avec une communauté de garagistes si vous souhaitez faire examiner un véhicule avant de l'acheter. Il vous suffit de vous rendre sur notre annuaire et trouver le garage proche de chez vous.

Rédigé le  2 oct. 2019 12:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Comprendre l'utilité de la garantie constructeur auto en 5 points


Une assurance complémentaire pour votre voiture proposée par les fabricants, la garantie constructeur auto vous allège de vos factures de réparation et d'entretiens auto. Tout type de voiture est accompagné de ce privilège dès sa sortie d'usine. Cependant, les conditions d’application peuvent varier d’un constructeur auto à l’autre. La garantie constructeur auto n’étant pas clairement encadrée par la loi comme la garantie légale, il convient de préciser quels sont vos droits et comment en profiter.


Qu'est-ce que la garantie constructeur auto ?


Appelé également « garantie commerciale », la garantie constructeur auto est une couverture proposée par les constructeurs lors de l’achat d’une voiture neuve. En général, elle est de 2 ans. La remise en état et le changement de pièces (mécaniques, électroniques, électriques, carrosserie) au cours de cette période sont alors pris en charge par le constructeur. Toutefois, les conditions d'application diffèrent d'un fabricant à l'autre, il arrive alors que cette garantie soit facturée ou offerte.



A retenir :


La garantie constructeur auto n'est pas obligatoire;

elle ne vous oblige pas d'effectuer les révisions de votre voiture dans le réseau de votre constructeur auto (Directive Européenne n°1400/2002/CE). Le garage de votre choix doit néanmoins respecter les préconisations du constructeur et utiliser des pièces d’origine ou de qualité équivalente pour toute opération de réparation.


Que couvre la garantie constructeur auto ?


La garantie constructeur auto n’étant pas obligatoire, sa durée ainsi que les détails de la prise en charge ne sont pas fixés par la loi. Lorsque le constructeur du véhicule vous propose donc un contrat de garantie, les éléments suivants doivent y figurer :

• les pièces et pannes couvertes;

• la durée d'application de la garantie;

• le champ d'application;

• le lieu et conditions de dépannage;

• les coordonnées du fabricant ainsi que celui du vendeur à contacter en cas de déclenchement de la garantie.


Quelles sont les exclusions de garantie constructeur ?


S'agissant d'un contrat d'adhésion, la garantie constructeur auto est laissée à l'appréciation souveraine du fabricant. Dans la plupart des cas, les éléments suivants sont exclus de la garantie :

• les interventions liées aux freins;

• toute opération liée à la pneumatique;

• les problèmes liés aux amortisseurs;

• la main-d’œuvre.

Il est aussi important de souligner que la garantie constructeur auto prend en charge uniquement les défauts de construction. Les dommages liés à une mauvaise utilisation de la voiture sont exclus de la garantie.


Comment bénéficier de la garantie constructeur auto ?


La garantie constructeur auto vous donne le droit de faire remplacer une pièce ou un objet inutilisable, non conforme à la description donnée ou lorsque les qualités diffèrent de celles annoncées par le fabricant. Pour faire jouer la garantie :

• envoyez un courrier au vendeur ou concessionnaire et décrivez en détail la panne ou le défaut à couvrir;

• accompagnez votre lettre d'une copie de la facture d’achat de la voiture ainsi qu’une copie du contrat de garantie.

Lors que votre contrat prévoit une voiture de remplacement en cas d’immobilisation de la vôtre pour réparations, n’hésitez pas à l’exiger.

Si le constructeur auto refuse d'appliquer la garantie alors que vous avez respecté les conditions du contrat, vous êtes en droit d'engager une procédure judiciaire avec une mise en demeure.


Quel est l'intérêt de faire vos révisions auto en dehors du réseau de votre constructeur ?


C'est indéniable ! Le réseau du constructeur affiche un tarif plus élevé en matière de révision que les garages indépendants.

Prenons l'exemple d'une vidange : cette opération est facturée par défaut à 1 heure par les mécaniciens du réseau tandis que votre garagiste peut l'effectuer en 30 minutes. En ce qui concerne les produits utilisés (plaquettes, huile ...), le garage indépendant vous laisse le choix sur les consommables. Ce qui vous permet de faire des économies supplémentaires. L'essentiel est de bien remplir le carnet d'entretien auto et de réaliser les opérations selon les consignes du constructeur.

Pour les voitures de marque moins répandues nécessitant une intervention plus complexe, nous vous conseillons toutefois de le confier au mécanicien de votre concessionnaire. Il sera en mesure d’assurer une prestation complète.

Vous avez maintenant les cartes en main pour faire jouer votre garantie constructeur auto. A vous de jouer !


 

Rédigé le  27 sep. 2019 9:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite... 

Quel type d'entretien auto peut-on faire soi-même ?


Envie d'alléger vos frais d'entretien voiture ? Découvrez à travers cet article quelques entretiens auto courants que vous pouvez vous-même effectuer. Toutefois, si vous n'avez pas une petite notion sur les bases de la mécanique ou que vous ne savez rien de ce qui compose une voiture, il est fortement conseillé de faire appel à un garagiste près de chez vous.

Avant d'effectuer vous-même l'entretien de votre véhicule, pour les opérations les plus simples, assurez-vous d'abord d'avoir à votre portée une revue technique automobile qui traite toutes les spécificités techniques de votre véhicule. Cette revue est conçue pour vous aider à réaliser sans difficulté les opérations d'entretien et de réparation auto.


Entretien auto : ce qu'il faut savoir


Votre véhicule bénéficie encore de la garantie constructeur de 2 ans (ou 7 ans comme le cas de KIA). Vous pouvez parfaitement faire valoir votre droit et bénéficier d'un entretien et réparation gratuits de votre voiture durant cette période. Si toutefois vous n'avez pas respecté les précautions du constructeur ainsi que les révisions et opérations d'entretien prévues dans votre carnet d'entretien auto, vous perdez ce droit et serez obligé de réparer ou d'entretenir votre voiture à vos frais.

L'entretien et réparation auto s'effectuent soit chez le constructeur lui-même soit dans un garage de votre choix (Directive Européenne n°1400/2002/CE publiée en 2002). Le centre auto indépendant doit toutefois respecter les normes constructeur et utiliser des pièces auto d'origine ou des pièces de qualité équivalente pour toutes les opérations de réparation. L'absence de facture en tant que pièce justificative est donc le petit inconvénient sur l'entretien de son véhicule soi-même.


Entretien auto : changer le filtre d'habitacle


Vous roulez souvent dans un endroit pollué ? Il est fortement conseillé de remplacer le filtre d'habitacle ou filtre à pollen de votre véhicule tous les 10 000 km. Si vous estimez que le niveau de pollution est relativement bas, le changement de filtre devrait se faire tous les 15 000 km.

Pour ce faire, il vous suffit d'atteindre le cache qui se situe sous le pare brise et de remplacer votre filtre d'habitacle. Profitez-en pour nettoyer et désinfecter votre circuit d'air et de climatisation à l'aide d'un produit spécifique que vous trouverez facilement dans les magasins spécialisés.


Entretien auto : faire une vidange


Bien que la vidange soit une intervention très simple qui vous épargne des frais en main d’œuvre et en allers-retours au garage, des précautions sont néanmoins à prendre :

bien choisir son huile moteur surtout quand la motorisation est récente;

• bien respecter la dose d'huile nécessaire : trop de lubrifiant peut rendre le moteur incontrôlable voire en panne; pas assez d'huile peut l'endommager.

Il est également conseillé de remplacer le filtre à huile par la même occasion. Vous avez donc besoin d'un bidon d’huile et d’un nouveau filtre.


Entretien auto : changer les plaquettes de frein


Pour cette opération, référez-vous aux précautions de la revue technique spécifique à votre véhicule car le freinage est le garant de votre sécurité sur la route. Notez aussi que l'opération de changement de plaquettes de frein est la même quel que soit l'âge de votre véhicule. Outre les outils courants, vous avez aussi besoin d'une cale.


Entretien auto : remplacer les bougies d'allumage


La durée de vie d'une bougie d'allumage est déterminée par le nombre de kilomètres parcourus par votre voiture : entre 30 000 à 70 000 km. Votre carnet d'entretien auto contient aussi cette information. Vous pouvez vous y référer ou vous renseigner auprès de votre constructeur.

Pour connaitre une bougie défectueuse, voici une liste de symptômes :

• manque de puissance au niveau du moteur;

• consommation exagérée de carburant;

• dépôt noir sur vos électrodes et culot (filtre à air ou starter endommagé);

• couche noire et huileuse recouvrant l’embout des bougies (cas d'un excès d’huile dans la chambre à combustion).

Avant de changer vos bougies d'allumage, assurez-vous qu'elles soient bien identiques sinon le moteur ne fonctionnera pas normalement (grippage ou destruction des pistons).


Entretien auto : remplacer la batterie


Changer une batterie de voiture ne nécessite pas une connaissance approfondie en mécanique. Il faut, toutefois, faire attention s'il s'agit d'une voiture récente notamment sur les courts circuits pouvant causer des accidents. Mieux vaut laisser cette opération à un professionnel de l'automobile car la rupture d'alimentation pourrait causer la perte de mémoires électroniques.

Si votre voiture est plus âgée, vous pouvez changer votre batterie vous-même en faisant attention sur les caractéristiques requises.


Entretien auto : changer la courroie de distribution


Il arrive parfois que votre courroie de distribution émet un bruit très strident. Ce sifflement indique qu'elle n'est pas suffisamment tendue. Vous pouvez parfaitement la tendre mais pas trop non plus sinon elle va se casser et votre moteur risque de lâcher.

En ce qui concerne le remplacement périodique de votre courroie de distribution, cela doit être faite tous les 60 000 km ou 4 ans.


Entretien auto : remplacer ou purger le liquide de refroidissement


En général, le liquide de refroidissement doit être remplacé tous les 2 ans. Au-delà de cette période, il perd ses qualités c'est à dire sa protection antigel. Il est également possible qu'il s'encrasse, devient acide et endommage les joints.

Lorsque vous choisissez votre liquide de refroidissement, préférez celui qui est à basse température (-25 °C à - 35 °C). Notez aussi que la mise à niveau du liquide de refroidissement doit s'effectuer sur un moteur froid. Vous pouvez vérifier cela avec le repère de niveau mini-maxi.

En dehors de cette liste d'entretiens auto, en connaissez-vous d'autres que l'on peut faire soi-même ? N'hésitez pas à les ajouter en commentaire.

Rédigé le  5 sep. 2019 9:00  -  Lien permanent
0 Commentaires Lire la suite...